sur

Victoria’s Secret dépose des brevets pour une incursion dans les NFT et le métavers

victoria's secret

La prestigieuse marque de lingerie et de produits de beauté Victoria’s Secret a déposé auprès de l’USPTO 4 demandes de marques liées au métavers.

Pouvez-vous imaginer porter un sous-vêtement Victoria’s Secret dans le métavers ? Sans aucun doute, il y a beaucoup de personnes qui sont déterminées à ne jamais perdre leur sensualité, et qui continuent à l’entretenir dans le monde virtuel.

Victoria’s Secret, la prestigieuse marque américaine de lingerie et de beauté, célèbre pour son marketing et son image de marque à forte visibilité, fait désormais un pas dans le monde des jetons non fongibles (NFT) et du métavers.

Le premier à le révéler a été l’avocat spécialisé dans les marques, Michael Kondoudis, qui, dans une série de tweets hier, a rendu publique cette information. Victoria’s Secret avait déposé quatre demandes pour des objets de collection numériques et des médias développés avec la technologie blockchain, ainsi que des vêtements et des médias en ligne destinés à être utilisés dans des mondes virtuels. C’est comme ça que ça s’est passé :

« Victoria’s Secret arrive dans le Metaverse ! De nouvelles demandes de marques déposées le 8 février indiquent que @VictoriasSecret prévoit de proposer des objets de collection et des supports numériques créés avec la technologie Blockchain, ainsi que des vêtements et des supports en ligne à utiliser dans des « environnements virtuels ».

Victoria’s Secret au métavers

En entrant l’une des demandes de marque, spécifiquement le logo, lit qu’il est enregistré pour :

 » Biens virtuels téléchargeables, à savoir des logiciels pour la création et le commerce de pièces de collection numériques utilisant des protocoles de consensus basés sur la blockchain et des contrats intelligents, contenant des informations, des photos, des images, des vidéos, des enregistrements, des faits marquants et des expériences dans le domaine de la mode, des vêtements, des accessoires de mode et du style  » ; des médias numériques téléchargeables, à savoir des objets de collection numériques créés avec des protocoles de consensus basés sur la blockchain et des contrats intelligents, sous la forme d’informations, de photos, d’images, de vidéos, de séquences enregistrées, de faits marquants et d’expériences dans le domaine de la mode, des vêtements, des accessoires de mode et du style« .

Elle enregistre également le logo de :

« Services de magasins de détail avec des biens virtuels, à savoir vêtements, sous-vêtements, chaussures, couvre-chefs, lunettes, sacs à main, accessoires de mode, photographies, images, vidéos et séquences enregistrées à utiliser dans des environnements virtuels et des défilés de mode virtuels ; services de magasins de détail en ligne avec des biens virtuels, à savoir vêtements, sous-vêtements, chaussures, couvre-chefs, lunettes, sacs à main, accessoires de mode, photographies, images, vidéos et séquences enregistrées à utiliser dans des environnements virtuels et des défilés de mode virtuels« .

Un tel enregistrement est important, car la marque ne pourrait alors pas être utilisée légalement par des tiers dans le multivers, sans l’autorisation de la société d’origine.

Elle n’est pas la seule grande entreprise à déposer sa marque dans le métavers. La semaine dernière, nous avons signalé que McDonald’s a déposé une douzaine de marques pour une utilisation dans des environnements virtuels. Avant cela, elle a également Disney a déposé des brevets pour la technologie des parcs à thème dans le multivers.