sur

Les dons en bitcoins aux militaires ukrainiens atteignent 4 millions de dollars

Les groupes ukrainiens ont déjà reçu plus de 4 millions de dollars en bitcoins depuis l’invasion de la Russie jeudi, selon les données d’Elliptic.

Les dons en bitcoins affluent pour soutenir l’armée ukrainienne : à ce jour, les groupes pro-Ukraine ont reçu plus de 4 millions de dollars en crypto-monnaies depuis que la Russie a envahi le pays, selon les dernières données de la société d’analyse de bitcoins Elliptic.

Les dons sont envoyés en crypto-monnaies parce qu’elles sont rapides et faciles, selon Elliptic, et peuvent contourner les réglementations. Mais l’afflux soudain de crypto-monnaies provient d’un seul donateur, qui a envoyé 3 millions de dollars en bitcoins (80 BTC) en une journée.

« Les crypto-actifs tels que le bitcoin sont également apparus comme une importante méthode de financement alternative. Ils permettent des dons transfrontaliers rapides, qui contournent les institutions financières susceptibles de bloquer les paiements à ces groupes« , indique Elliptic dans un billet de blog.

Le site de crowdfunding Patreon a banni hier de sa plateforme Come Back Alive, une ONG soutenant les soldats ukrainiens, car elle avait utilisé les fonds collectés pour des armes et des activités militaires.

Elliptic a déclaré que les dons en bitcoins ont pu augmenter en raison de l’interdiction de Patreon. « Cette évolution peut avoir contribué à une augmentation des dons en bitcoins observée dans la matinée du 25 février« , ajoute la firme.

Les groupes pro-Ukraine collectaient des bitcoins bien avant le début de la guerre. Et d’autres utilisent d’autres méthodes liées aux crypto-monnaies pour collecter des fonds : deux étudiants ukrainiens ont lancé une collecte de NFT sur OpenSea. Tous les bénéfices seront reversés à Come Back Alive.

Jeudi, la Russie a choqué le monde en envahissant le pays d’Europe de l’Est. L’armée russe se massait à la frontière ukrainienne depuis des mois. Depuis lors, le président russe Vladimir Poutine a fait l’objet de condamnations en Russie et à l’étranger.