sur

Le PDG de Kraken avertit les utilisateurs qu’ils doivent « retirer leurs pièces » des marchés centralisés.

kraken jesse powell

Le PDG de Kraken, Jesse Powell, a critiqué la décision du gouvernement canadien de saisir les fonds des comptes bancaires de ses citoyens sans procédure régulière. Il a révélé que Kraken serait contraint de se conformer aux demandes de saisie d’actifs et a averti les utilisateurs de retirer leurs pièces et leur argent des échanges centralisés.

Le PDG de Kraken s’exprime

Jesse Powell s’est prononcé contre le gouvernement canadien.

Dans un tweet Posté jeudi soir, le PDG de Kraken a critiqué les récents décrets d’urgence du gouvernement de Justin Trudeau qui permettent aux autorités de saisir les fonds des comptes bancaires des citoyens canadiens sans ordonnance judiciaire. En invoquant la loi sur les urgences, le gouvernement canadien vise à couper le financement des manifestants du Convoi de la liberté, qui ont bloqué plusieurs voies de transit clés pour protester contre les mandats Covid-19 en cours dans le pays.

« La procédure régulière est pour les plébéiens. Au Canada, c’est la loi du plus fort qui fait la loi« , a déclaré M. Powell, en faisant référence à la façon dont le gouvernement canadien est prêt à contourner la procédure régulière et à autoriser la saisie de fonds sans décision de justice. La vice-première ministre Chrystia Freeland a révélé dans une déclaration à la presse jeudi que le gouvernement canadien avait commencé à geler des comptes bancaires, à saisir des fonds et à annuler les services financiers des personnes liées aux manifestations du Freedom Convoy.

Dans un tweet de suivi, Powell a averti que Kraken et d’autres échanges de crypto centralisés seraient contraints de se conformer aux forces de l’ordre si on leur demandait de geler les dépôts de certaines adresses de crypto. En réponse à l’utilisateur @degderat qui demandait si Kraken serait mis dans une position où la police lui demanderait de geler des actifs sans consentement judiciaire, Powell a répondu :

« 100% oui, cela s’est produit/se produira et 100% oui, nous serons forcés de nous conformer. Si cela vous inquiète, ne gardez pas vos fonds chez un dépositaire centralisé/réglementé. Nous ne pouvons pas vous protéger. Sortez vos pièces de monnaie/argent liquide et ne faites que du commerce p2p. [peer-to-peer]. »

Plus tôt jeudi, les autorités canadiennes ont émis un ordre qui a mis sur liste noire 34 portefeuilles de crypto-monnaies liés au Freedom Convoy. Les portefeuilles en question contiennent environ 1,4 million de dollars de crypto-monnaies. Selon les déclarations de la Gendarmerie royale du Canada, tout fonds envoyé depuis les portefeuilles vers des échanges réglementés par le CANAFE serait immédiatement gelé.

Powell est la dernière personnalité importante de l’espace crypto à s’exprimer contre la décision du gouvernement canadien de saisir les fonds de ses citoyens. Mardi, le PDG de Coinbase, Brian Armstrong, a également fait part de son opposition à cette décision. a tweeté à ses préoccupations concernant les récents développements au Canada, tout en soulignant l’importance de conserver les crypto-monnaies dans un portefeuille auto-gardien.

D’autres, comme l’analyste du bitcoin Plan B, ont… spéculé sur que la situation au Canada pourrait conduire à un autre « moment chypriote » pour le bitcoin. En 2013, le prix de la principale crypto-monnaie s’est envolé lorsque la crise financière chypriote a fait craindre une ruée sur les banques.

Bien qu’une ruée sur les banques canadiennes semble actuellement peu probable, les récentes saisies de comptes bancaires par le gouvernement canadien ont mis en évidence l’importance des systèmes monétaires décentralisés, tant pour les acteurs de l’espace cryptographique que pour les spectateurs du grand public. Alors que les autorités canadiennes sont en mesure de bloquer les transferts de crypto-monnaies vers des échanges centralisés, les transactions de pair à pair de Bitcoin et d’Ethereum restent non censurables.